Patric Rochedy, conteur paysan, écrivain, voyageur


Un conteur ''nature'' qui sait de quoi il parle!

Des Contes anciens , des Balades Botaniques Contées, seul ou en compagnie de Virginie Basset au violon pour le Bal des Loups.


Le "Jardin des Savoirs, Jardin d'Histoires",
 à Estivarelha (St Didier sur Doulon, Haute-Loire) est ouvert à nouveau et les visites sont possibles sur réservation au 06 70 04 16 53
Je vous ferai découvrir les plantes et les savoirs anciens et actuels qui s'y rattachent.
La Maison du Légendaire Végétal, une aventure collective...

Contact


       Téléphone 06 70 04 16 53 - 04 71 74 30 15

Courièl  patric.rochedy@orange.fr
 


Livres


A Fleur de Contes      (édition Voyageurs dans l'âme)   (épuisé)

Le Berger de la Crau et autres contes      ( Livre de contes, à commander directement chez moi)
Le Meneur de loups et autres contes  (épuisé)

Tajpacha, carnet de voyage en pays Aymara            (édition Le Jardin du Conteur)

La Pierre du Loup                     (Conte illustré pour enfants)                   édition Le Jardin des Mots

Le  Lapin qui voulait devenir très très grand    Livre CD  (conte illustré pour enfants)         édition Le Jardin des Mots


 

Avant j'étais berger, puis paysan éleveur 

 A l'ancienne façon, simple, comme on vit parfois encore chez moi, en Cévennes. Une vie de beauté, oui ! Celle du contact avec les bêtes et le monde ( garder, c'est quelque chose, et les naissances des petits, oh là là ...), traire et fabriquer des fromages. Et les vendre ! Pour goûter le plaisir des gens qui reviennent de semaine en semaine, les savoir contents. Au jardin, faire pousser les carottes, le fenouil ou les tomates, cueillir la verveine et les cassis, ramasser les châtaignes, les pommes...
                   C'est comme le conte, ça se partage ! 

Et puis malgré tout cela, voyager! Grâce aux copains et cousins qui débarquent et me remplacent à la ferme pour que je parte et revienne leur raconter... 



 ...Il y avait un chemin derrière la maison. Des gens passaient. Certains qui avaient soif s'arrêtaient, prenaient le temps, je leur parlais du pays, de ce qui leur était caché, pas par mauvaise vue mais par méconnaissance. 

Bien sûr que je savais le pourquoi de la fontaine du diable et ce que disaient ces noms de la vieille langue d'oc que beaucoup méprisaient. Mais surtout je voulais que tout cela il se l'emportent comme provision de route, comme provision de cœur. Qu'un peu plus loin ils saluent avec le sourire le voisin croisé. 



Et puis un jour, en gardant il y a eu une voix...
A la radio, avec Claude Villers un type racontait des histoires. Des contes !
Henri Gougaud. Avec une langue, belle !!
 

De ces mots polis, lustrés, et frais à la fois. De ces histoires d'ici et d'ailleurs, de ces contes qui semblaient parfois venir d'ici et qui étaient de si loin... Ça m'a donné envie. D'en entendre d'autres. Je suis allé écouter des conteurs et j'ai dévoré des livres de contes et j'ai regardé le monde autrement. 

               Et ma vieille tante, au village qui décidait de me raconter sa vie, la vie, les gens, le village. J'ai hérité. 


Tout ça c'est comme un trésor, ça se partage. Pour faire la fête. Avec les amis et ceux qui poussent la porte. 



 Le temps a passé. Un jour que je racontai dans un village, une vieille femme m'a demandé, à la fin, d'où venait un des contes. De méditerranée je lui ai dit. Mais elle en voulait savoir plus. J'ai précisé l'origine que je croyais connaître. Le Liban. Je l'ai sentie se faire sa carte de la grande mer puis revenir pour une autre interrogation. 

«Le Liban c'est des arabes !?» 

J'ai cru sentir le racisme, je me suis redressé, prêt à mordre. «Oui, madame c'est des arabes !», ai-je répondu, sec comme la bise. Mais elle a continué, comme pour elle seule «eh bé, pour raconter des histoires comme ça, je vais les regarder autrement !». 

Je crois que je raconte aussi pour elle. Ou par elle. 



Dans ce que je raconte il y a des histoires d'amour. D'amour de la vie. Des histoires de vie, de bêtes et de fleurs, de petites gens. De ces vieilles histoires, tant contées jamais usées. Parfois amères, parfois douces. J'essaye de dire une langue aux beaux mots , une langue qui chante. Les mots me sont musiques. J'aime en prendre soin pour les offrir comme la cuisine que je prépare aux amis de passage. 

 
A bientôt, a lèu,
plan coralament.